Honey Moon Cove. Isla Danzante. 3 nautiques en longueur du nord au sud.  Mouillage intéressant et pittoresque mais il n’y a pas de place pour de nombreuses embarcations.  Nous y arrivons à la nuit tombante le 13 novembre après avoir parcouru la folle distance de 3 nautiques depuis Puerto Escondido. Au matin nous découvrons notre abri, le soleil se lève et les falaises se réchauffent. Un pélican s’amuse à amerrir et à décoller, puis une otarie, un mâle, entre dans la baie faisant fuir des bancs de petits poissons.

 

 

Nous avons été suivis par un orque mais l’animal n’a pas voulu jouer suffisamment longtemps pour être immortalisé.

Il faut nourrir l’équipage par tous les temps.

Mouillage à Agua Verde. La barre de roches bien visible sur la photo protège ce mouillage.

Et la petite cahute sur la plage que l’on aperçoit entre les bateaux est occupée par José et son chien Cascabel (serpent à sonnette). Il a été pêcheur José mais il ne peut plus beaucoup marcher alors il se déplace à tout petits pas jusqu’au village pour faire ses courses. Quel beau visage, quelle gentillesse inscrite dans ses yeux.

Marc F. a besoin de réseau et nous savons qu’il y a un village de pêcheurs à un kilomètre du mouillage.

Nous allons nous occuper du Mahi Mahi pêché en route. 3,8 kg, 68cm.

San Evaristo. Arrivée de nuit dans une baie abritée où quelques voiliers dont un catamaran se devinent grâce à leurs feux de mouillage. La lune n’est pas encore présente mais le ciel brille d’une belle parure scintillante. Pas de réseau, pas de coup de fil vers la France. Ver 6h les pangas sont mises à l’eau et les pêcheurs quittent le rivage.

San Evaristo est un charmant petit village de pêcheur abritant 20 familles. 7 enfants à l’école primaire. Une petite usine de désalinisation, 60litres/heures et un diesel pour la machine à glace et la désalinisation de l’eau de mer, 6 litres de gazole /heure.

D’après le guide il faut se rendre au milieu du terrain de foot pour capter quelque chose avec les téléphones, en fait l’antenne est sur la plage mais peine perdue. Quelques barrettes qui donnent de l’espoir mais rien n’arrive.

Tant pis nous partons en balade d’abord jusqu’à la petite église au terrain bien clos.

Puis vers les marais salants. A côté de l’école. Trois hommes creusent un puits à la recherche d’eau. La municipalité a fait venir un sourcier avec une baguette et l’expert a indiqué ce lieu. Celui qui creuse au marteau piqueur est à l’ombre, ceux qui encouragent souffrent autant au soleil.  Plus que 2 mètres et ils devraient être récompensés de leurs efforts.

Aux marais salants nous comprenons mieux comment se fait l’approvisionnement en eau : Les familles viennent à la source remplir leurs cuves hissées à l’arrière des voitures, grâce à un petit générateur. L’eau ne servira qu’à la toilette, au jardin et au nettoyage.

Je vois Eric bavarder avec un jeune homme, il parle un anglais remarquable, il a appris tout seul. Nous n’avons pas osé lui demander comment il voyait son avenir.

Eric et moi partons en annexe pêcher avec nos cannes. A part crocher 3 fois le fond nous ne voyons pas la moindre touche sur nos sillons. Un peu de snorkeling. Ouf il n’a pas réussi à toucher le joli poisson clown aperçu.

Petits poissons, gorgones, poissons colorés, tortue ; Oiseau sur rocher, un courlis ? Une tortue se montre mais trop timide près du bateau.

Pendant notre déjeuner ce sont un voilier plus une vedette à moteur qui viennent mouiller à côté de nous.  Il est temps de partir. Et le vent est dans le nez !

Deuxième charade de F.

Mon 1er fait l’amour

Mon 2ème a ce qu’il faut pour faire l’amour

Mon 3ème a envie de faire l’amour

Mon tout est un os du corps humain.

Solution au prochain chapitre.

Mouillage à San Gabriel. Le 16 au soir. D’après la carte nous sommes à terre! Merci Cmap.

 

Frégates à jabot.

Les mâles claquent du bec!

Les pélicans sont plus discrets.

La solution à la première charade de F.: CONDILLAC

Mon 1er est un cuisinier allemand. Con parce que Confédération Germanique

Mon 2ème a des penchants zoophiles. Di parce que Dithyrambique.

Mon 3ème termine ce que fait mon 1er. Ac parce qu’Accélération.

Mon tout est un penseur moraliste très connu dans son village natal.

Étienne Bonnot de Condillac. L’Essai sur l’origine des connaissances humaines que Condillac publie en 1746 est un texte surprenant à plusieurs points de vue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.