Nous sillonnons l’archipel. 68 îles habitées. Volcans actifs, forêts denses, lagunes turquoise, plages de sable blanc ou noir, cocotiers, santal, banians, hibiscus, frangipaniers, bougainvillées, crotons… Et le sourire et la gentillesse du peuple vanuatais. Actuellement 323 000 habitants. Religion, 90% de la population est chrétienne : presbytériens, anglicans, catholiques, adventistes…

Le Vanuatu était considéré en 2006 comme le premier pays des gens heureux sur le classement du bonheur. Situé au beau milieu du Pacifique Sud, au sud-est de la ceinture de feu, le Vanuatu est victime de la montée des eaux et de l’érosion de ses côtes. À chaque tempête et cyclones, des maisons sont détruites, la population se réfugie dans les bâtiments en dur, églises et écoles et reconstruit son habitat un peu plus à l’intérieur des terres. Elle n’est pourtant pas responsable des émissions de gaz à effet de serre.

Le français, avec l’anglais et le bichlamar, est inscrit dans sa constitution comme langue officielle. Devise « Long God Yumi Stanap », A côté de Dieu nous nous tenons debout.

D’abord un peu d’histoire.

Il y a 4 à 6000 ans, les premiers colons furent des Lapita venus de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Puis entre le XIème et XVème siècle, des Polynésiens s’installèrent avec leurs coutumes et leurs techniques de fabrication.

Mendaña 1542, puis Quirós 1606, reconnaissent la zone, pour le compte de la monarchie espagnole. Voilà pourquoi une île porte le nom d’Espiritu Santo.

1768, Bougainville redécouvre l’archipel.

1774, Nommé Nouvelles-Hébrides par James Cook, en souvenir des Hébrides, un archipel situé au Royaume-Uni.

1789, Bligh visite les îles Banks au nord.

1825, découverte du bois de santal par Peter Dillon, la Chine est très demandeuse de cet ingrédient pour l’encens.

1848, missionnaires protestants s’installent à Anaom puis à Tanna, au sud des Hébrides.

1868, le filon bois de santal est épuisé.

1840, des recruteurs pratiquent le Blackbirding, le Queensland en Australie a besoin de main d’œuvre. Plus de la moitié des hommes adultes seront déplacés, volontaires ou pas.

Début 1878, le gouvernement français envisage de déverser son trop-plein de bagnards sur ce territoire, ce qui provoque la colère des colons australiens déjà implantés depuis 1872. En même temps, des colons britanniques d’Australie et Français de NC s’installent au nord, attirés par les terres très fertiles pour cultiver le cacao, le café, le maïs…

1882, John Higginson, fondateur de la SLN s’intéresse à l’accord nouvellement créé entre l’Angleterre et la France pour maintenir un équilibre de droit. Il achète un grand nombre de terres et incite les colons français à venir s’y installer via des avantages financiers. Les pères maristes sont de plus en plus présents sur les îles et enfin des comptoirs et des liaisons maritimes sont créés.

Après de nombreux heurts entre citoyens britanniques et français installés aux NH une commission mixte joue un rôle d’arbitre entre les deux communautés.

En 1893, l’Angleterre, et en  1900, la France apportent des garanties de protection.  Le condominium franco-britannique est créé en 1906.

22 juillet 1940, les N.H. sont le premier territoire à se rallier à la France libre. Il sert de base aux forces alliées dans le cadre de la Guerre du Pacifique. 100 000 militaires américains, noirs et blancs sont présents en permanence à partir de 1942.

Le culte du cargo : les Néo-Hébridais ont longtemps rêvé d’une nouvelle manne financière et matérielle arrivant par cargo, comme ils l’avaient vécu avec l’arrivée du contingent américain. « Les Américains disposaient de tout ce que les insulaires désiraient, des navires de guerres, des armes, des uniformes, des pistolets […] Pour eux, les Américains étaient des demi-dieux […] Pour eux, la croix dans les chapelles des bateaux de la Navy était bien la preuve que Dieu était du côté des Américains. La preuve que Dieu est Américain. » (Martin-Jordan, 2007 : video 2 min 45 s-3 min 11 s). Devenu ensuite un Parti politique avec John Frum comme chef de file.

1960, Premier mouvement indépendantiste né à Santo, celui de Jimmy Stevens, le Nagriamel Pati. De tendance catholique et français, basé sur la coutume, il s’oppose au Vanua aku Pati protestant, anglophone, plus citadin.

Jimmy Stevens.

1979, les élections donnent la majorité au Vanau aku pati. Les Francophones font sécession avec Jimmy Stevens. Ce dernier n’hésite pas à prendre les armes pour s’opposer à l’indépendance du pays. Il sera condamné à 14 ans de prison, les francophones seront expulsés vers la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie. Jimmy Stevens effectuera 11 ans de prison et sera libéré lors d’une cérémonie coutumière en offrant 20 cochons sauvages sacrés à dents. Il s’éteindra, entouré de ses 20 femmes, dans sa grande case de chef, à l’âge de 72 ans, à Espiritu Santo.

L’archipel acquiert donc son indépendance en 1980, et devient le Vanuatu, Vanua: terre. (Fenua en polynésien).

1ᵉʳ juillet 2022, le pays rouvre ses frontières aux touristes. 12000 cas recensés et 14 décès de la Covid 19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.