Nouvelle Zélande

14 juin, il fait un temps superbe ce matin mais en dehors de la Baie des Iles nous savons que la mer est bien formée et que la météo va se dégrader dans les prochains jours. (Actuellement quelques belles rafales jusqu’à 26 nœuds dans la marina).

Nous sommes toujours là, scotchés comme beaucoup de voiliers qui attendent de s’élancer vers le nord.

Nous, nous avons un peu bougé du ponton B, au ponton A et enfin au H. En A nous avions l’impression d’être en pénitence, personne avec qui bavarder et trop près de la pompe à gazole. Plus une vedette sur notre bâbord tellement haute qu’elle nous faisait de l’ombre dès 15 heures. Nous en avons profité pour démonter l’enrouleur de génois et descendre l’étai plus l’enrouleur sur le ponton. Comme Eric pointait sa perceuse pour faire sauter 4 vis récalcitrantes nous avons eu la visite d’une des personnes du Harbour office pour nous dire que nous ne devions pas faire de limaille d’alu sur le ponton. Nous avons promis de nettoyer avant la nuit. Beaucoup d’usagers se promènent pieds nus malgré la fraîcheur et effectivement il vaut mieux avoir des pontons « nickel » (comme on dit en Calédonie). Sur la photo, voici ce qu’est la pièce tournante de l’enrouleur, la partie plus étroite et plus haute doit tourner dans la partie basse et sur le nôtre rien ne tourne.

Ici, au ponton H, nous avons retrouvé KamaStern, Panache (catamaran Léopard 48, canadien) que nous avions aperçu en Polynésie et avons fait la connaissance de nos voisins  sur Olive, avec 2 chats à bord.  Il y a  aussi Barefoot, arrivé comme nous en décembre 2019, il compte rentrer sur Seattle pour vendre son bateau. Dimanche,  nous avons échangé des amuse-gueules contre des gâteaux entre bateaux.

Lundi 13, nous avions la visite d’une famille amie avec leurs 3 enfants. Des vacances dans l’Ile du Nord en camping-car avant de quitter la Nouvelle Calédonie où ils viennent de passer 2 ans, ils seront à nouveau brestois cet été. Nous avons fêté nos retrouvailles au champagne, (encore merci pour cette délicate attention). Une fois de plus la même personne du Harbour office est venue nous signaler que… cette fois-ci c’était le camping-car qui était peut-être un peu trop volumineux pour être garé là , pour ajouter ensuite « non, vous pouvez le laisser là ».

Il doit y avoir des caméras de surveillance un peu partout.

Pour résumer : l’annexe est repartie chez le réparateur (toujours une fuite au même endroit). Le vérin du pilote a passé 2 jours à l’atelier, Eric vient de le remonter au fond du coffre tribord et nous venons de passer 2 heures à le régler, faire sortir les bulles d’air en changeant l’huile. les dernières bulles doivent partir toutes seules.

Le générateur est en réglage et l’enrouleur de génois sera peut-être réparable. En fait il a été remplacé par un enrouleur d’occasion, ici remontage de l’enrouleur.

Nous avons commencé le nettoyage des voiles, une à une affalées sur le pont, au balai brosse et eau de javel. Il y a de la surface et du poids à manipuler.

ET nous avons une capote de descente toute neuve !!! Tout ça parce qu’au ponton A, j’ai félicité un installateur de capote (je sens que ça vous fait sourire cette phrase), pensant qu’il était le propriétaire de la vedette sur laquelle il fixait une nouvelle capote. Je lui ai raconté que personne sur Opua n’avait de temps pour nous. Le lendemain il était là pour en discuter. Moins d’une semaine après nous étrennions notre dodger, mot qui veut dire à la fois capote et escroc.

La saison des petites bêtes noires, les sandflies, n’est pas passée, nous en sommes souvent victimes. Pire que des moustiques, petites bestioles qui semblent être des moucherons inoffensifs qui piquent bien et qui laissent des marques énormes sur la peau (diptère volant mordant et suceur de sang, source Wikipédia). Les démangeaisons nous rappellent un peu celles des nonos des Marquises mais elles durent plus longtemps. Au chantier elles se confondaient bien avec le sol goudronné et profitaient du moindre interstice de nos vêtements pour venir piquer. Sur l’eau il y en a un peu moins, de plus nous avons recours aux lotions antimoustiques qui semblent efficaces.

La commande des pavillons de courtoisie est arrivée, amusant de les découvrir et de les attribuer aux futurs pays que nous allons toucher. Amusez-vous à chercher nos futures destinations si vous avez le temps.

La nouvelle éolienne a été livrée de Grande Bretagne, ce ne fut pas sans peine. Tout est contrôlé par la douane, il nous faut un numéro de résident et envoyer des tas de justificatifs.  Pour ensuite payer la taxe d’importation.

Un matin revenant de courses, j’ai croisé une jeune femme māorie, elle s’appelle Renée, et ai osé lui poser des questions sur son tatouage. Je vous en ai déjà parlé lorsque nous étions à Whangarei, j’avais photographié 2 portraits de femmes portant le moko. Je n’ai pas obtenu plus, excepté que le dessin est lié à la communauté à laquelle elle appartient, elle a accepté que je la prenne en photo et m’a donné l’autorisation de figurer dans notre blog.

7 juin, Eric se lance dans le nettoyage de la deuxième caisse à eau, 300 litres d’eau y sont encore. Robinets ouverts dans l’évier et dans le lavabo puis pompe en action pour les derniers litres. Zut pompe en panne, illico presto changée pour une neuve.

2 anecdotes à vous raconter.

J’étais en bleu de chauffe, qui est gris, et j’avais des genouillères, je croise un monsieur un peu plus âgé que moi qui me dit « you seem like a love ship (ou love sheep) ». Je souris, je me dis,  ce doit être gentil mais je n’ose pas lui demander ce à quoi il fait allusion. Et je cherche, je crois que c’était Love sheep.

Sur le ponton B, j’aide une vedette à s’accoster et à l’arrière j’aperçois la jolie annexe made in NZ, a very expensive tender. Je  félicite le couple, « lovely tender ! » Et je rajoute tout de suite «oh it’s a song what I said ! ». Eux comme moi  ont dû chanter toute la journée « love me Tender, love me true ». C’est aussi bien que Queen au chantier.

Avant l’hiver un couple profite du spa flottant et se promène dans la marina.

Ramassage des huîtres. Noria tous les jours, sacré boulot effectué.

Nous avons passé les 4 jours du Queen Jubilee en voiture, un ravitaillement à Kerikeri. Le lendemain à Whangarei pour retrouver des amis, Caroline et Reg, c’était comme si on s’était quitté la veille. Nous avions rencontré Caroline et Reg au délicieux marché de Noël tout près de la marina. Si vous revenez en arrière dans le blog, en décembre 2019, Reg était habillé en Père Noel et Caroline portait des lunettes rouges fantaisie. Tous deux vendaient le livre que Caroline avait écrit sur la vie d’un policier à Kawakawa.

Nous avons fait quelques courses l’après-midi. Heureusement la plupart des magasins étaient ouverts malgré les fêtes et j’ai pu enfin aller dans la fameuse mercerie ‘Arthurs Emporium’ dont Caroline m’avait parlée lorsqu’elle était à mon chevet, il y a 2 ans à l’hôpital.  Un entrepôt extraordinaire, à ne plus savoir où donner de la tête.

Puis je me suis offert la visite du musée Hundertwasser, conforme à la maquette que nous avions vue il y a 2 ans. Le sol de l’entrée, pavé de briquettes et de céramiques, est un sol ondulé comme un sol en mouvement.

 

 

Pour ce Jubilé le HPNZS Wellington était en escale à Opua pendant les 4 jours. Plus facile d’accès que nos navires militaires en escale, la preuve les pêcheurs sur le ponton.

Nous avons tenté une sortie vers le nord en voiture pour revoir Waitangi mais n’avons pas apprécié de payer un droit d’entrée double de celui des locaux, 60 dollars NZ au lieu de 30, j’ai quand même pris une brochure en demandant si elle était gratuite. En fait en 2004, étant en Nouvelle Calédonie, nous avions passé nos vacances de Noël dans l’île du nord et avions visiter ce site.  Nous avons découvert la baie de Whangaruru très fermée, un  bon abri, nous espérons y faire escale lors de notre galop d’essai. Puis la pluie nous a rattrapés et nous avons préféré faire demi-tour.

Le 15, au soir, nous avions Bryn de Miti à bord, il est revenu de Christchurch pour continuer le travaux sur son bateau. Je l’avais surnommé Capitain Hook car lorsqu’il ne portait pas son attelle de cheville, il portait une petite béquille fixée sous le genoux comme une jambe de bois. Il a une certaine ressemblance avec Sean Connery jeune.

Jeudi 16, à l’initiative de Panache, Bellie et Price, nous nous sommes retrouvés une douzaine sur le ponton à 16h pour un pot informel. Bien sûr tous les voiliers avaient préparé quelque chose. Je vous recommande les petits amuse-gueules de Panache, dignes d’une réception à l’ambassade canadienne, servis dans des plats étroits en porcelaine blanche, jolis à regarder et délicieux. J’avais préparé ma fameuse pizza mais voyons… que dire ? Un concentré de tomates qui a le goût du tomato ketchup et un gruyère qui n’a aucun goût, heureusement il y avait la moutarde et les anchois! Pâte pizza board made, impossible de trouver de la pâte feuilletée ou brisée en supermarché.

Le 17, nous sortions de notre ponton pour tomber sur qui ? Huaiqui ! Nos amis brésilo-argentins rencontrés aux Gambier et revus à Whangarei dans la marina, ils étaient aussi passés me voir à  l’hôpital. Ils sont au mouillage ici, nous les reverrons sans doute avant leur départ vers le nord. Ou les retrouverons en Nouvelle Calédonie.

Le 18, dîner à bord de MisterX. Manuela et Ian nous ont fait découvrir le jeu le Quiddler. Très amusant, combinaison de cartes pour faire des mots et compter les points. Tout en anglais, Eric a gagné! Nous espérons une version française car c’est un jeu rapide et réellement divertissant.

Le 22 juin, 26 voiliers ont quitté la marina dont Brûle-Vent avec Pascal à bord, à sa sortie du bureau des douanes il se sentait ‘enfin libre ’. Pouvoir enfin partir. Voici la capture d’écran des heureux yachties.

L’automne se termine par quelques jets flamboyants de couleurs mais disséminés dans une végétation  éternellement verte. C’est toujours un plaisir que de se promener dans ces paysages vallonnés. L’impression d’une tonte journalière, ils ont les moutons et les vaches pour ça.

Nous avons fait une deuxième excursion sur Kerikeri et Waipapa pour le shopping. Surprise: Impossible de rentrer dans un magasin de bricolage covidé, les clients restent devant une table et le vendeur va chercher l’outillage demandé, pratique pour ceux qui ne connaissent pas les mots précis.

Au Count-down nous avons bavardé avec un personne qui connaissait la Nouvelle-Calédonie. Diana et son mari ont habité Koné, lui travaillait pour les mines de nickel. Elle nous a raconté les anecdotes du problème de la langue, elle faisait ses courses avec un dictionnaire et prononçait toutes les lettres, choux donnait donc chouxe, personne ne la comprenait.

Super, on a trouvé des épinards, dire que je n’aimais pas ça lorsque j’étais petite. A présent j’en cuisine souvent dans une poêle avec de l’ail et du beurre, un régal ! Grâce à Suzanne de Maloya.

Mais le délicieux riz comme celui de la Réunion, on ne le trouve qu’à l’Opua Store ici et j’en fais provision. En espérant qu’en Calédonie les douaniers ne nous l’enlèveront pas…

 

 

 

 

 

Un commentaire sur “Brèves de Pontons. Vie mondaine.”

  • Loved your blog with photos. At the Hundertwasser, one of the bricks has our name on it, but we haven’t had time to ask where it is and look for it. We had donated a lot of time and some money towards the building. Of course we are thrilled with the completed project. With this horrid weather, I’m not surprised you want to escape out of New Zealand, but I hope it calms down for your travel. It was so lovely to see you and we will follow your adventures. Our house is for sale as we have bought a new villa in a small but new retirement complex. It has all happened very fast – have a look at this: For sale | 332A Western Hills Drive, Avenues, Whangarei | Gallery | Images 21 – homes.co.nz This is where we are moving from. I shall send you some photos of where we are moving to. I haven’t worked out what the man was saying to you about a sheep or ship – but I’ll discuss it with Reg. Keep well. Travel safely. Love from us.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.