Bora Bora, « la Perle du pacifique » est située à 270 kms au nord-ouest de Tahiti, à la fois île haute et atoll, son lagon n’est ouvert qu’à la passe  Te Ava Nui. L’île principale mesure tout au plus 9 km de long sur 4 km de large. La couronne de l’île est constituée d’une multitude d’îlots coralliens.

Le peuplement de l’île est estimé au IX siècle de notre ère. En 1769 James Cook fut le premier Européen à découvrir cette île qui resta complétement indépendante jusqu’à l’annexion (mouvementée) par la France en 1888. Actuellement 9600 habitants environ vivent sur cet atoll, essentiellement du tourisme.

Après l’attaque de Pearl Harbour, le 07 décembre 1941, l’état-major américain étudia l’opportunité d’installer une base de ravitaillement dans le Pacifique sud. A la fin décembre Bora Bora était choisie. Ce fut le début de l’opération Bobcat qui vit dès février 1942 les Américains installer un dépôt d’essence, une base d’hydravions et un réseau de défense. 8 gros canons et des batteries de DCA furent installés dans la montagne pour répondre à une éventuelle attaque des Japonais.  La piste construite en 1943 par les Américains sur le motu Mute fit de Bora Bora le premier aérodrome des Etablissements français de l’Océanie, (aéroport international jusqu’en 1961, date à laquelle Faaa à Papeete fut inauguré), elle mesurait 2000m de longueur et 133m de large.

La base fut abandonnée le 02 juin 1946. Pour Bora Bora ces années d’occupation américaine furent celles de l’abondance. Les femmes lavaient le linge des militaires, fabriquaient des colliers, les hommes vendaient les produits de leur pêche at assistaient les Américains dans leurs travaux. Ces installations contribuèrent à moderniser les infrastructures de l’île et à faire connaître ce lieu paradisiaque aux Etats-Unis.

Le célèbre navigateur Alain Gerbault visita Bora Bora en 1926 et il y vécut partiellement de 1933 à 1940. La beauté naturelle des lieux servit souvent de décors naturels à de nombreux les films entre autres au film muet « Tabou » de FW Murnau et « Ouragans » de Dino de Laurentis.

 

Nous y arrivons en quelques heures de navigation depuis Raiatea. Le Mont Otemanu (727M) le plus souvent coiffé d’une auréole de nuages est toujours visible.

La Passe Teavanui ne présente aucune difficulté et nous nous amarrons à un coffre devant le Mai Kai. Bon comment résoudre le problème des poubelles ? L’hôtel ne les prend pas mais nous assure que Francis doit passer relever la redevance du coffre et les sacs noirs. Un petit tour à terre pour découvrir le village paisible de Vaitape, passer à la gendarmerie (pour la sortie du territoire) et faire quelques courses. Deux magasins d’alimentation un Chinois et un Super U, au bord de la rue les fruits et légumes cultivés sur place. Dans les superettes tout arrive en chambre froide, rien n’est local. Le tour de l’île centrale fait 32 km et nous croisons beaucoup de touristes et de locaux à vélo. De nos jours nul n’est en mesure de vivre uniquement de l’agriculture et de la pêche. Le tourisme draine l’essentiel de l’économie et les productions vivrières ont été un peu délaissées. L’artisanat est toujours vivace avec une belle qualité d’objets proposés sur les stands. Bien sûr de nombreux magasins de bijoux montés avec des perles pour les clients des Resorts, Hilton, Sheraton, Club Med… qui s’égrènent sur l’eau le long des motu côte est et sud. Les voiliers sont mouillés sur coffres, interdiction de mouiller sur son ancre. Nous n’avons jamais vu Francis et n’avons jamais réglé de droit de mouillage, le problème des poubelles ne fut solutionné qu’au départ près du marché avec autorisation.

Ruth arrive de Maupiti (vent dans le nez) quelques heures après nous et nous propose de nous retrouver au BloodyMary’s, comme tous les vendredis dans ce temple culinaire (fréquenté par une clientèle célèbre) c’est soirée musique. Mais nous déclinons l’invitation et proposons de nous retrouver le lendemain derrière le motu Toopua. Ils arrivent par le sud et nous par le nord du motu, jonction est faite. L’eau est turquoise, quelques catamarans de location sont déjà amarrés mais il reste des coffres. Invitation pour le soir même à notre bord et nous allons faire la connaissance de Marcel « Maté » surnom donné par les Tahitiens et Marie qui l’accompagne pour ses dernières semaines en Polynésie. Après 18 ans passés à naviguer ici Maté (83 ans !) vend son voilier Robinson et rentre en métropole pour s’installer sur une pénichette.

       

Nous n’aurons pas vu les marae, pas fait d’excursion en canoé ou à pied. Notre clearance pour sortir nous est délivrée le lundi matin par les gendarmes (c’est une équipe de Troyes qui est en poste en ce moment) et nous avons 8 jours pour quitter le territoire français.

Maupiti. (1200 habitants). Ile située à 40km de Bora Bora, 315 km au NO de Tahiti. Elle fut découverte par le Hollandais Roggeveen en 1722, c’est-à-dire 50 ans avant que Walllis ne découvre Tahiti. Elle présente la morphologie d’un volcan effondré (mont Teurafaatui 380m), avec le penu face abrupte au sud-ouest bien caractéristique lorsque l’on arrive de la mer, entouré d’une ceinture d’îlots sur sa partie côté nord. La partie sud du récif est à fleur d ‘eau. La passe est assez délicate et n’est plus praticable dès que la houle de SW dépasse 1,50m. Cette houle provoque un phénomène d’ensachage particulièrement sensible dans la passe d’Onoiau. Elle sert de déversoir unique et le courant sortant peut atteindre une vitesse 8 à 9 nœuds. De très forts brisants et des vagues déferlantes prennent naissance à la limite des fonds de 10mètres rendant la passe impraticable.

Depuis 8 jours la météo est clémente pour entrer et sortir de cet atoll, petit paradis naturel. Appareillage vers 11heures pour quelques heures de navigation. Nos lignes sont à l’eau, nous sommes sous voiles et au moteur de temps en temps. Un grain passe au-dessus de nous, de quoi rincer le bateau et nous avec. Nous passons au milieu de vol d’oiseaux en pêche et espérons avoir quelque chose d’intéressant. Et oui un beau thon à tribord, vite le seau, vite l’épuisette oh non le thon s’est détaché… et de mon côté plus de leurre, le fil a cassé. Nous avons manqué de belles prises.

Il y a eu des accidents, c’est pour cela qu’il n’y a plus de liaison par navettes entre les îles. Trois vols par semaines desservent l’ile. Quelques pensions pour recevoir les voyageurs désireux de connaître un atoll préservé du tourisme de masse. La population refuse l’installation d’hôtels de luxe sur les motu pour conserver son identité. Le tour de l’île 12 km se fait en 3 heures à pied. Peu profond et d’une clarté translucide le lagon de Maupiti abrite des tortues, des varo et il suffit d’un masque d’un tuba pour suivre les raies et photographier les nudibranches…Culturellement Maupiti est riche de sites archéologiques, pétroglyphes et nombreux marae familiaux souvent situés près de la mer mais il est à présent difficile de les distinguer de quelques amas de cailloux. Certains objets hameçons et pilons ont été datés du IXème siècle faisant remonter l’occupation de l’île au début du peuplement des îles de la Société.

Le village entièrement reconstruit après le cyclone de 1997 se situe sur la partie est de l’île, c’est une enfilade de petites maisons polynésiennes en bois ou en ciment peintes de couleurs vives desservie par une rue unique. La montagne descend quasiment jusqu’à la rue. Dans les petits jardins poussent des arbres à pains, des hibiscus et les tombes familiales se trouvent devant ou sur le côté des maisons. Côté mer un bateau avec moteur hors-bord est souvent suspendu sur son support de bois. Deux magasins, les devantures des épiceries sont ouvertes par un grand volet et quelques snacks. Une ou deux maisons proposent de l’artisanat, des fruits ou du poisson à la vente. Une boulangerie qui fonctionne tous les matins sauf le samedi pour ne pas troubler l’office du temple situé à côté. Un dispensaire avec un médecin.

Nous croisons quelques catamarans qui ont choisi d’appareiller et de revenir plein est. Notre premier mouillage est au motu,    Eric à l’avant descend la grand-voile et je me laisse surprendre par le fond qui remonte très très vite, trop vite, nous battons rapidement en arrière pour ne pas nous échouer sur le sable. Il faut se dégager et ici on ne peut attendre la marée salutaire, il n’y en a quasiment pas. Mais dans la manœuvre le safran se bloque en position oblique et c’est au propulseur et au moteur que nous nous dégageons et choisissons un fond peu profond pour comprendre l’avarie du safran. Eric plonge, la mèche n’a pas souffert donc vérification à l’intérieur des coffres à l’arrière. On sort le générateur, le matériel de pêche, les rallonges électriques, le casier à crabes, les seaux, les filtres, les tuyaux d’arrosage, les jerricans pleins d’eau et la coupable est trouvée c’est la biellette de commande de la barre qui est venue se coincer dans une lisse (le safran a de plus en plus de jeu, il est temps de changer les paliers). Quelques coups de lime et le mouvement est libéré.  Ouf Manevaï est à nouveau opérationnel.

Le lendemain matin nous avons pour commande d’aller prendre des photos de nudibranches dénichés par Marie du voilier Robinson. Son point GPS est exact et nous nous amusons bien avec la Gopro.

L’eau est tiède, 30°, de couleur turquoise à part des nudibranches, quelques petites raies que nous avons du mal à filmer.

Changement de mouillage Eric ne supportant pas de côtoyer autant de catamarans. La météo étant clémente depuis plusieurs jours beaucoup de voiliers ont osé entrer ici.  Nous nous installons devant la petite marina et nous faisons encore surprendre par les fonds qui remontent. Peut-être aurons-nous la chance d’y voir des manta ? Séance couture sur le génois ce qui n’est pas une mince affaire car il faut amener toute cette toile raide dans le cockpit où est installée la machine à coudre. Toute la bande anti UV est à refaire, en fait le génois entier est à changer.

Balade au village pour trouver Janine et Emile, copains de Jacques G. de Brest. Tous deux étaient tourneurs à l’arsenal de Papeete. Pas difficile ici tout le monde se connait. Emile est sur le motu où il bricole avec son fils à l’agrandissement de la salle à manger de la pension (détruite 3 fois par 3 cyclones, reconstruite à chaque fois). Janine nous raconte la vie ici, elle a toujours tenu la pension sur le motu pendant qu’Emile travaillait à Papeete. Le motu est à sa famille et à présent y sont installés une de ses sœurs et un de ses fils qui a repris le flambeau. Leur fille tient le magasin en face de la maison du village et le deuxième fils est enseignant à Papeete.

Au village l’eau est fournie par une nappe phréatique qui alimente les citernes personnelles un jour sur deux pour ne pas assécher trop vite la nappe. Des fontaines d’eau potable sont situées tous les km dans la rue et chacun vient se fournir avec quelques bouteilles de 1l5, l’électricité est fournie par un générateur et des capteurs solaires pour certaines habitations. La radio « Polynésie la première » arrive jusqu’ici.

Tavana (le maire) Woullingson vient d’inaugurer la vedette de la municipalité et nous le retrouvons à la mairie pour lui proposer d’apporter du matériel aux habitants de Mopélia, notre prochaine escale. De 60 litres d’essence prévus ce sont 140 litres d’essence et deux cartons de ravitaillement que nous allons apporter là-bas.

En fin d’après-midi près de l’église Bete-Lehema nous assistons à une répétition de chants. 5 églises à Maupiti (pour moins de 1200 habitants), la dernière en date est l’église catholique. Le soir à bord c’est une chasse au cafard qui s’improvise. Je l’ai vu, on l’a raté mais je l’entends encore, je délègue. Désolée, pas de photo, le combat a lieu à huis clos derrière la porte du poste tribord. Le vainqueur est Eric ! Le cafard écrasé est largué au-dessus de l’eau.  ‘Un coléoptère quelconque’ aurait dit Michel Bèze.

Ce matin lever 5h30 pour la balade en vélo prévue à 7heures. Nous avons une journée chargée, mieux vaut commencer tôt à la fraiche. Déjà beaucoup de personnes près de la poste, il faut avouer que l’agence est toute petite, le cadran à affichage digital est d’ailleurs tourné vers l’extérieur ce qui permet à tous de faire salon dehors à l’ombre en vérifiant son ordre de passage. Pour acheter une carte vini on ne fait pas la queue, on demande à celui ou celle qui est au comptoir s’il veut bien nous l’acheter. Un petit peu d’internet, seul point Vini de l’île. Notre loueur Gaby nous apporte les deux vélos et en route pour le tour de l’île par le sud. Un seul col nous oblige à poser le pied au sol, il n’y a pas de vitesses sur ces montures et nous nous méfions même du rétro pédalage dans la descente de l’autre côté.

Sous le préau près de la mairie se tient un petit marché, une seule personne propose des légumes, les autres vendeuses proposent des sandwichs et des gâteaux. Beaucoup sont là pour avoir de la compagnie et bavardent avec force rires. Je fais le plein d’aubergines, 2Kg pour 4 euros. Nous avons raté le pain pour la deuxième fois, il faut se rendre à terre à 6 heures du matin pour en avoir. Pas grave j’en ai fait hier.

Passage à bord et nous changeons de moyen de locomotion. En annexe nous allons rendre visite à Emile sur le motu au nord. Il faut slalomer un peu entre les patates mais pas de difficultés, elles sont souvent signalées par des perches piquets métalliques plantés dans un trou de la caillasse. Le toit de la salle à manger est presque terminé, restera à habiller le dessous des tôles avec des palmes de cocotiers et mettre du gravillon de corail au sol. Emile prend le temps de s’asseoir et de bavarder avec nous devant la plage à l’ombre des cocotiers. Il est heureux ici, il aide son fils Nelson à embellir la pension. Il y a seulement 2 couples-clients en ce moment et aujourd’hui ils ont été amenés au village heureusement car la fixation des tôles sur la charpente fait énormément de bruit. Le jardin est magnifique, les 6 bungalows sont en retrait de la plage, sécurité oblige. Le dernier cyclone a entrainé l’eau sur 50 mètres à l’intérieur des terres sur 1 mètre de haut. Et a tout détruit. Emile coupe pour nous deux bouquets de noix de coco pour que nous ne manquions pas d’eau à bord.

Maupiti était réputée pour la culture de la pastèque mais le fait de ne plus avoir de liaison maritime a réduit ce débouché économique, transporter des pastèques par voie aérienne était trop coûteux.

Nous avons compté jusqu’à 15 voiliers entre les trois mouillages, très peu appartenant à des particuliers. Pour les gens de Maupiti cette météo qui permet un afflux de bateaux est rare, pas de vent, pas de houle, les voileux profitent de cette aubaine pour découvrir ce paradis. La visibilité est excellente, les îles de Bora Bora, Huahiné, Tahaa et Raiatea se distinguent très nettement à l’est derrière le récif. Déception l’eau est trop chaude 30°, voilà pourquoi les raies manta ont déserté le lagon, elles préfèrent l’eau plus fraiche et la tranquillité.

Jacque Boullaire (1893-1966) graveur et dessinateur inspiré par la Polynésie fut aussi l’illustrateur des textes d’André Ropiteau réunis sous le titre « Mon île Maupiti ». André Ropiteau né en 1904 à Meursault découvrit Tahiti et Maupiti à l’occasion d’un tour du monde. Jusqu’à la seconde guerre mondiale où il trouva la mort il essaya de concilier son métier de négociant en vin et sa passion pour cette île. Il y construisit une maison, y prit femme Tauaroa eut un fils et à travers son île et ses livres devint l’un des plus fins connaisseurs du passé océanien.

Mopélia. Appareillage vers midi de Maupiti lestés d’un régime de bananes offert par Janine et Emile. Une nuit en mer plutôt calme, génois tangonné vitesse de 4 nœuds. Vers 10h nous apercevons Mopélia, un atoll comme aux Tuamotu, bas sur l’eau pas de volcan, l’île doit être beaucoup plus ancienne que sa voisine. Nous arrivons devant la passe vers midi, alors repérer la passe et bien se présenter. Elle est étroite 40mètres au plus large et il y a au plus fort ce jour-là 2,5 de courant avec un minimum de 4.50 m d’eau sous la coque. Il fait très beau, nous voyons bien le récif de chaque côté à quelques mètres. Deux pinoches blanches ok pour matérialiser l’entrée de la passe. Deux grappes de flotteurs rouges ? On en fait quoi ? Et bien il faut passer entre les deux. Pour les locaux ce sont des repères, nous nous aurions préféré une verte une rouge cela aurait été plus parlant. Une fois de plus les images satellites Ovitalmap chargées sur la tablette nous sont d’une grande aide plus nos yeux. Cmap nous aurait emmener sur le récif !

L’intérieur du lagon est presque sans patate et nous nous dirigeons vers le mouillage nord pour livrer la marchandise. 2.60m d’eau turquoise sous la coque, fond de sable et déjà deux requins pointes noires curieux nous tournent autour.  Un poti marara revient prendre son coffre et nous rejoint avec son annexe « la Carolina », plate à fond plat très utilisée dans les îles. Harry est à bord, par téléphone satellite l’avant-veille il a été prévenu de l’arrivée d’un voilier avec une cargaison pour Marcello et lui. 

Après une snorkeling sur une patate nous allons saluer les habitants. Marcello, Salomé, Norma … 5 familles dont 3 au mouillage nord, 17 personnes, ils viennent ici faire du coprah. La terre ne leur appartient pas, elle leur est louée par la municipalité de Maupiti. La goélette se déplace pour les ravitailler et prendre le coprah tous les 8 ou 9 mois lorsque le tonnage de sacs atteint 40 tonnes. (Photo Faimano)

En 5 heures par mer belle ils peuvent rallier Maupiti où ils ont famille et maisons. Pas de radio, pas de télévision. Seule liaison avec Maupiti le téléphone satellite, un pour l’île, que les habitants empruntent à Norma en notant bien leur consommation lors des appels. Actuellement 3 poppa sont sur le site pour la pêche et la plongée.


A la fin du dîner un petit coup de vent de sud nous amène trop près de la plate et nous préférons mouiller un peu plus loin donc de nuit grâce à Ovitalmap nous nous décalons de 100 mètres. Nos hôtes sont partis à la pêche à la langouste à l’extérieur sur le récif de nuit bien sûr.

Au réveil Norma et son mari nous apportent du firifiri (beignets qui servent de pain et dont est proche des chichis) et deux belles tranches de mahi mahi.

Nous sommes invités le soir chez Adrienne et Marcello et je cuisine deux gâteaux au chocolat un pour remercier Norma et un pour nos hôtes.

17h45 nous sommes au mouillage le plus nord. Nous faisons connaissance d’Adrienne l’épouse de Marcello et revoyons Faimano que nous avions croisée la veille. Une jolie table, des assiettes, des cocos ouverts, un gratin, une salade composée du jardin et un kaveu ! Dire qu’il aura fallu attendre notre dernière escale en Polynésie pour déguster ce crustacé. Un véritable festin. Tous les trois sont adorables, dynamiques, nous posons beaucoup de questions sur leur vie à terre dans ce petit coin perdu.

Ils sont heureux, Karina que nous avons croisée au moment du chargement d’essence est encore à Maupiti elle attend l’argent du coprah embarqué quelques jours auparavant par la goélette. Le fils travaille chez Marinalu à Raiatea, il est mécanicien, vit sur son voilier et navigue de temps en temps jusqu’au Japon pour des convoyages. Zut dans la famille Raioho il nous manque une fille. Une mission Tortue a passé quelques jours chez Adrienne et Marcello. Observation de la ponte des tortues. Le voilier Huaiqui est resté 15 jours avec eux, Simone et Augustin auront des choses à nous évoquer lorsque nous les retrouverons. Ils nous racontent l’échouage de Ratafia sur le récif au mois de juillet, Marc s’est endormi à l’approche de l’atoll qu’il connaît bien et son voilier Ratafia est venu se coucher sur le récif. Nous avions rencontré Marc aux Gambier il y a quelques mois, beaucoup d’expérience de la Polynésie. A présent il est avec Jeanne installé à Raiatea. 

L’île attend la visite du Tavana et de ses adjoints 15 personnes qui viendront inspecter la cocoteraie, n’oublions pas que la terre appartient à la municipalité de Maupiti. Chaque locataire a versé 5000XCP à la coopérative, une seule fois, pour avoir le droit d’exploiter une parcelle. Dans la famille de Marcello ils étaient 12 enfants, comment rester à Maupiti alors que le terrain manque ? ’S’exiler’ à Mopelia, revenir sur Maupiti pour les études des 4 enfants du couple ( à ce moment-là Marcello a eu une entreprise de travaux) et repartir dans ce petit paradis faire du coprah quand les enfants ont grandi. Pour le potager il a fallu apporter de la terre car tout le sol est sableux. L’eau est stockée dès qu’il pleut dans de grandes citernes mais cette année pour la première fois depuis très longtemps l’île est en manque et les habitants vont se rendre à la grande citerne du motu pour recharger en eau.

A la fin du dîner nous partons à la chasse aux Kaveu. Une lampe torche, nos savates (claquettes) aux pieds, Adrienne et Faimano sont pieds nus, la piste est belle toute sableuse puis nous nous enfonçons dans la cocoteraie. De couleur bleue ou orange ils sont là à nous regarder sans penser à s’enfuir, il suffit de les cueillir derrière la tête, attention aux grosses pinces. On laisse les petits grandir, on ramène 3 adultes. 

Le lendemain matin changement de rôle nous recevons à bord pour le petit déjeuner. Adrienne a déjà cuit du firifiri, deux kaveu et ils apportent avec eux des légumes et des fruits. Merci les amis pour ces cadeaux. Café, thé, crêpes et vache qui rit qu’Adrienne apprécie je lui en offre deux boites plus un torchon breton et j’offre à Faimano du vernis à ongles dont elle choisit la couleur et une clé usb avec des photos de la nouvelle vedette de la mairie et des photos de son oncle capitaine Matthias. Nous leur offrons aussi deux fusils, arbalètes confiées par le voilier Robinson pour les habitants de Mopélia. Il nous reste les bodies et un fusil qui feront des heureux au Vanuatu.

Tous les trois sur l’annexe de Ratafia nous quittent et nous allons à terre dire aurevoir à Norma et Harry. Les poppa sont partis très tôt et tous deux apprécient le calme revenu sur le site.

Harry prépare un casier et Norma contemple le lagon. Je garderai longtemps cette image de la plénitude de cet instant, nous n’osons pas les troubler. Ils regrettent notre départ car ils n’ont pas eu le temps de nous remercier d’avoir joué les transporteurs et Norma nous offre des fruits et un kaveu.

A midi nous sommes dans la passe et très vite la silhouette de l’atoll s’efface de l’horizon. Nous aurions tellement aimé rester avec eux plus longtemps.  Alors si un jour vous entreprenez la traversée du Pacifique prenez votre temps arrêtez-vous dans les plus petits atolls vous ferez plaisir et vous en repartirez heureux.

La ligne est à l’eau et très vite un thon splendide mord au leurre, il faut le remonter au bout du fil à la force des bras, l’épuisette est trop petite, le décrocher et le remettre à l’eau, il est trop gros pour nos deux estomacs et nos trois jours de navigation. Notre frigo est plein de kaveu et de fruits. On remet la ligne et une bonite mord. Le gros hameçon lui est passé de la bouche jusqu’à transpercer l’œil.  Celle-là on la garde et Eric la détaille en filets. Nos dîners sont assurés.

Maruuru maitai, les amis vous nous avez porté chance. Nous vous quittons mais vous restez dans nos cœurs et dans nos mémoires.

 

Dans 3 jours nous serons à Rarotonga aux îles Cook.

www.manevai.fr

http://sailwx.info/shiptrack/shipposition.phtml?call=BARFR04

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.