Nous sommes sous spi depuis 9 heures ce matin, heure de réveil pour moi. Petit déjeuner à 10 heures, installation du spi oblige ; nous allons avancer nos montres d’une heure pour être à l’heure des Gambier.

Hier soir nous sommes passés au sud de Nukutepipi où travaille un copain, Henri l’infirmier navigateur, rencontré en Colombie Britannique et retrouvé au mouillage à Taina. Nous avons pu observer les nuages caractéristiques qui signalent la terre ou les îles : au-dessus d’Anuanuroa, Anuanurunga et de Nukutepipi il y avait bien 3 nuages isolés bourgeonnant bien distincts des autres dans le ciel.

Et lorsque nous étions à Tahiti nous avons aussi pu vérifier que c’était bien Sirius qui guidait de nuit les navigateurs locaux pour rentrer chez eux.

Nous allons aborder une zone sans vent demain puis du vent dans le nez pour arriver. Et ce vent d’est va permettre à tous les jeunes amis que nous connaissons de sortir des Gambier alors qu’ils y sont bloqués pour l’instant. Nous avons le blog de 6Gone en mémoire plus ceux chargés par Eric avant de partir.

L’eau est ici à 27.8 degrés mais nous évitons de nous baigner, Manevaï va trop vite. En revanche où sont les poissons qui nous changeraient volontiers de la charcuterie habituelle ? Oui, nos menus sont souvent composés de charcuterie sous vide, de poissons en conserves. Quelques légumes frais et quelques fruits. Mais du fait de l’approvisionnement par chambre froide dans les supermarchés les denrées pourrissent vite si elles restent à 30 degrés, température du carré. Donc hier soir j’ai cuisiné un gâteau à l’orange à améliorer, plus d’oranges à inclure. Mais il n’a pas brûlé ce qui est déjà une gageure.

Je travaille la future conférence sur l’Alaska, c’est paradoxal de se plonger dans un bouquin qui annonce des températures comprises entre -40 et 15° et d’être au soleil en maillot dans le cockpit.

Travail de la journée changement d’un plafonnier. Ce qui n’est pas une mince affaire car c’est le plafond qu’il faut démonter.

Remontage du plafond.

Au menu : potée de chou, saucisses pdt. Même sous les Tropiques, celui du Capricorne, nous prenons des repas roboratifs.

Le vent a tourné, il est dans le nez, nous descendons plus sud que notre route directe pour à l’approche des Gambier après-demain avoir un vent portant pour entrer dans le lagon. Notre route aura traversé plusieurs fois la ligne du Tropique du Capricorne.

www.manevai.fr

http://sailwx.info/shiptrack/shipposition.phtml?call=BARFR04

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.