Entre Port des Français et Prince William Sound.

3 jours de navigation, 2 nuits en mer. 12 /13 /14 juin.

Nos premiers albatros.

Une station plancton et météo pendant laquelle une otarie a trouvé refuge près de la coque de Manevaï.

Les orques sont passés calmement de l’autre côté. Impressionnants de puissance ils jouent avec la surface de l’eau, la nageoire noire, immense du mâle assurant la protection de la famille. Force tranquille, menaçante, qui s’éloigne.

Petite otarie tu l’as échappé belle.

Station plancton. Un filet est trainé derrière le bateau à l’extrémité duquel  se trouve vissé un  bocal. Vitesse maxi 2nds. Le bocal est remonté et vidé au travers d’un filtre.

Et voilà notre petite récolte ! Le filtre est ensuite desséché dans une poêle dans un papier alu.

Le tour est joué, petites et grosses bébêtes de tout poil sont  sur le filtre. La position du bateau, l’hygrométrie, la température de l’eau 9,9°et de l’air (temp.sèche 11°6, temp. humide 9°4), tout est noté.

Le disque de Secchi est mis à l’eau pour mesurer la turbidité locale.

Le tout sera envoyé à Plankton Planet  à Roscoff.

1er quart pour moi au sec. Une couronne de nuages se referme devant, mais au-dessus de nous il fait jour. Le prochain connaitra un quart humide. Les garçons s’offrent un apéro pour fêter Lituya Bay et préparent le diner « Au menu : jambon, bacon, purée ». Nous avons évoqué de faire escale à Yakutat, tiens il y a un aérodrome à Yakutat mais nous préférons continuer vers PWS. Quel confort de disposer de temps, de faire des sauts de puce, de décider si on reste une journée de plus après avoir consulté les prévisions météo.

14°C dans le bateau, en Fahrenheit  c’est mieux 58°. Dans ¾ d’heure Éric sera levé, dans une heure je retourne me lover dans des draps bien chauds. C’est ça la bannette chaude !

Une autre nuit en mer.

Et une journée de soleil, les garçons ont même tenté de bronzer un peu. Le ciel vire au rose, le soleil se couche quelque part sur notre bâbord, il fait toujours clair. Seuls les arbres forment une masse sombre, la neige, elle, est bien visible sur les pics à tribord.

14 juin au soir. Sud Est d’Inchinbrook.

Un mouillage que nous avons craint rouleur où nous avons été accueillis par 5 biches qui jouent  sur cette grande plage, se découpant en ombres chinoises sur le scintillement de l’eau.

Quel spectacle attendrissant, nous les admirons  quelques minutes et redescendons au chaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.