Alaska 6

Hurrah Hoonah ! Chauffe Teddy !

Hoonah ou Xunaa « Protégée des vents du nord ». Située sur Chichagof Island et nichée le long d’Icy Strait elle abrite la plus grande communauté Tlingit en Alaska. Les habitants (800 personnes) maintiennent une économie diversifiée basée sur la pêche, le conditionnement du poisson, l’industrie forestière, les traditions, l’aménagement des terres et le tourisme. Hoonah au nord de l’Inside Passage est située sur la route de la grande histoire de l’Alaska.

Les Indiens, le saumon, l’or, le bois…  

dendromtrie.jpg

WOOD PRODUCTS PRODUCED IN HOONAH, ALASKA

exploitationforestire1.jpg

Les paysages alentours fournissent d’abondantes ressources naturelles comme les forêts  anciennes, l’importante population de saumons, les baies sauvages et les cerfs.

Seuls moyens pour accéder à Hoonah : le bateau et l'avion !

hoonah7.jpg

Eau chaude à bord, Éric n’en revient pas. Nous sommes alimentés en 110 sur le quai et le bateau est aux normes européennes 220v .Toujours pas de chauffage, la pièce nous attend  à la poste, gentiment renvoyée par Megan (de la petite maison au fond du jardin).

hoonah3.jpg

Démêlés avec Internet. Moi j’espère une douche et me laver les cheveux pour les discipliner  un peu. Lancement de 2 machines de linge. Une bibliothèque dans la capitainerie nous tend les bras, je choisis un roman à l’eau de rose plus facile à lire « Walk gently this good earth » de M. Craven. Et j’irai déposer en échange  « certaines n’avaient jamais vu la mer » de Julie Otsuka. Je rentre dans la salle de douche et une fois derrière le rideau, je verse le shampoing sur mes cheveux, je tâtonne, je push up, je pull up and down le robinet, je ressors, je mets mes lunettes, je vois où est la position Hot, je ressors, je mets des quarters dans la fente de la machine, je dépose mes lunettes, je retâtonne et me résous à prendre un shampoing et un bain de pieds à l’eau froide. Une fois habillée je manque de rester coincée derrière la porte dont la poignée s’ouvre en tournant vers la gauche, un  « local » derrière m’explique comment m’en sortir. Finalement la position hot de la douche était peut-être aussi à l’inverse. Pas de photos.

Et au menu une morue pêchée par Loïc hier dans notre si beau mouillage de Blue Mouse Cove,

On vous emmène en « ville ».

hoonah4.jpg

Nous avons compté 5 églises à Hoonah (pour 800 résidents).

Dessalage du canoë après entrainement.

hoonah2.jpghoonah6.jpghoonah5.jpg

Après-midi à la Cannerie avec les touristes du paquebot accosté juste devant.

cannerie1a.jpg

Tout le musée est ordonnancé autour du traitement des saumons, machine pour couper têtes et queues, 

cannerie2.jpgcannerie3.jpg

puis manuellement il est ouvert et nettoyé sur les tables derrière la guillotine, ensuite une machine pour le découper en tranches.

cannerie4.jpg

 une autre pour  le mettre en boîtes et deux étuves.

cannerie5.jpg

Et les stands de souvenirs sont disséminés dans l’immense entrepôt. Un très beau choix de souvenirs qui offre un éventail très large : des bijoux précieux ou semi précieux, des vêtements "natives"  décorés, des fourrures, des casquettes, des « onezy »  humoristiques, des livres, des magnets, du linge de table, des socquettes ... De très jolis stands.

Retour pour nous dans un shuttle pour le personnel. La vie est cool ici, la chauffeuse nous demande seulement si nous préférons nous arrêter à General Store ou aller directement en centre-ville. Nous optons pour le shopping. Puis nouvel arrêt pour goûter la bière brassée sur place (la petite maison bleue).

hoonahbrasserie.jpg

Et un petit tour à la capitainerie pour retrouver la socquette manquante du matin et attaque de la réparation de la chaudière. Nous ne moufetons pas, Éric est plongé  dans un travail d’horlogerie. Soudure de transistor…Wait and see.

Ce soir ce sera pizzas surgelées pour l’équipage.

Passage au Liquor Store pour ravitailler en bières et vin rouge, l’Anglais échoué en  Alaska depuis 15 ans (et dans la boutique on ne sait pas) n’avait pas encore fini sa Redbull  mais peut-être un certain stock de bières car il nous semblait  un peu atteint ou éteint.

Appareillage 4pm pour le fond de la baie.  Il parait que Guirec et sa poule Monique sont restés 3 semaines dans cette rade abri. Nous sortons le spi pendant 20mn, une pointe à 6,7 nds. Une baleine nous croise tout près, calmement, elle souffle, se glisse et renvoie son souffle, elle ne sonde pas et nous la voyons s’éloigner  vers l’ouvert de la baie.

«Certaines baleines restent dans les eaux froides de l’Alaska pendant l’hiver mais la plupart choisissent de migrer à Hawaï ou Mexico pour donner naissance à leur petit et continuer le cycle de la vie. A la naissance le bébé pèse en moyenne  4 ,000 pounds et mesure 11 à 13 pieds de long. Ce qui n’est rien en comparaison de sa mère qui  adulte pèse 84.000pounds et mesure 42 pieds, 1 tonne pour chaque pied de longueur. Il est courant de compter 20 à 30 baleines à proximité jusqu’à l’horizon. Chaque fin d’hiver c’est une vision rassurante de voir le souffle jaillir de l’eau froide assurant aux habitants que le printemps revient.

Comme une ballerine ce mammifère de 45 tonnes s’envole au -dessus des eaux comme s’il ne pesait  rien ou presque, se tourne en opérant une demi volte (double axel, triple axel dirait Candeloro) et atterrit  sur le dos en créant une belle vague.»

baleineetsonpetitsitakadaynarrows5.jpg

Et nous avons du chauffage ! Il a fallu du temps au circuit pour se purger et Éric a craint d’être obligé de tout démonter à nouveau  but he got it ! Pour fêter ça gratin de choux fleurs.

Nous sommes mouillés  au fond de la baie au milieu de La Tongass National Forest, 17 millions d’acres, la plus grande forêt humide des US. Classée en 1907 par Theodore Roosevelt. C’est une terre de beauté environnée de mystères et de richesses naturelles. Depuis des temps immémoriaux cette forêt a nourri et fait vivre la culture Tlingit. Chaque année 900,000 visiteurs découvrent le Tongass Park à bord de paquebots, d’avions et de ferries. Glaciers, montagnes, vallées, estuaires, îles, lacs grottes et 14,000 miles de côtes. La forêt abrite environ 5,000 ours bruns et environ 75,000 personnes. Des Sitka black-tailed deer, beaver, river otter, dabbling ducks, Canada geese, shorebirds, hawks, and songbirds.

 Et ce matin … OURS ! 2 Teddy Bears noirs sur la grève, émotion des garçons qui pour l’instant n’en avaient  vu aucun. Nettoyage de la cuisinière et réparation de 2 brûleurs qui fonctionnaient peu ou prou.

ours1.jpg

Les 2 explorateurs quittent le bord, je suis à l’abri dans le carré, je prépare quelques mails et le blog.

Ils ne rentrent que 2 heures plus tard ravis de leur balade, ils ont trouvé le « portage* », sont trempés jusqu’à la ceinture ou presque. Moi je commençais à m’inquiéter. Je pouvais les appeler par VHF mais comment un ours aurait-il réagi en entendant le signal ?

Techniques à adopter en face d’un ours : If you see a Bear.

p1080846.jpg

Retour à Hoonah. Mouillage dans le port pour une nuit.

Et non Loïc n’achètera pas de fusil, il faut fournir un justificatif de domicile US pour obtenir l’autorisation d’acheter une arme.

Baleine toute proche de nous ce matin avant l’appareillage. Dans le port le long de la berge, elle évolue doucement, sûre d’elle, sans crainte, se nourrit, se retourne et ouvre la bouche pour avaler ce qu’elle a capturé.

baleine9.jpg

C'est un petit cimetière  qui est sur l’ile derrière la baleine, regardez bien c’est une croix orthodoxe qui se trouve juste à droite de la bouche de madame Humpback .

*Le portage : Un raccourci entre deux bras de mer. Plutôt que de faire un détour très important pour gagner la ria de l’autre côté, les Indiens construisaient un chemin de rondins qui permettait de faire glisser les canoës.

versleportage1.jpg

Départ au moteur vers 14h, mer d’huile puis le vent arrive, dans le nez une fois de plus. Nous sommes dans Inian Strait. Le vent forcit, monte jusqu’à  35 nœuds en réel. Trinquette, 2 ris dans la grand-voile, virement de bord sur virement de bord, le vent était annoncé portant, nous nous battons pour contrer le courant qui est devenu défavorable.

_copie-0_img_1591.jpg

21h30 nous sommes à quai ravis de nous retrouver à Elfin Cove. Tiens nous ne sommes pas les seuls, certains en auraient-ils eu assez de leur journée en mer ? Le gratin de patates douces est prêt depuis 17 heures, préparé par mer calme.

http://sailwx.info/shiptrack/shipposition.pthml?call=BAREU76