Alaska 1


 20 mai 2017

Here we are.

Avec plus de 60 kg de bagages et après 36 heures de voyage, 5 avions différents, 4 ouvertures et inspections de sacs cabines, 4 passages au scanner avec lever des bras nous poussons un ouf de soulagement à Juneau où nous asseyons simplement en salle d’embarquement pour attendre le dernier avion. Les Espagnols de Barcelone nous quittent pour une croisière sur un petit paquebot. A l’arrivée, il est près de minuit, Frances nous attend avec Fukimi (le chien) qui fait des joies à Eric. Sur la route je ne vois rien, il fait nuit noire et nous arrivons à la maison. Nous sortons les sacs, nous enfilons nos bottes et attaquons la descente vers l’annexe qui sert de va et vient entre les bateaux et la terre. Tout ça dans l’obscurité. Ne pas glisser sur le chemin, ne pas glisser sur les cailloux, ne pas s’étaler dans l’annexe bien humide. Puis champagne à bord de Snowdragon2  où nous attendent Krystina et Erik. Intérieur très cosy entièrement réalisé par Frances, 22 couches de vernis sur la table du carré, la cuisine est en contrebas à droite un peu en avant. Fukimi fatiguée d’avoir veillé s’est couchée. Pour nous il est midi pas de problème. Je n’ai encore rien vu du paysage.

Le mouillage est calme, la nuit à peu près entière. Petit déjeuner prévu à bord de SnowD.  avec des pancakes aux lardons arrosés de sirop d’érable. Vous devriez essayer c’est délicieux. Un début de rangement dans le bateau, je réinvestis mon placard, mais où vais-je ranger mes aquarelles, mes pelotes de laine, de coton, de fil à macramé ? Mon nouvel appareil photo ? Je vais sans doute occuper un gros tiroir du poste tribord.

 mouillage.jpg

Premières découvertes du paysage. Petites îles habitées ou pas, mer calme, ciel gris très clair, une photo en noir et blanc. Et du parking du supermarché une vue à 180° sur la baie. Bon d’accord c’est trivial de parler de supermarché mais en bateau l’important passe par la convivialité des repas et la découverte des rayons nous en apprend beaucoup sur une civilisation. Avec l’idée de préparer des lasagnes nous ressortons avec de beaux poivrons qui seront farcis. Ne pas acheter d’œufs car Frances doit nous les fournir donc difficile de prévoir quel gâteau je vais cuisiner.

 

img_0155.jpg

 

sommetenneig2.jpg

 

Les curios seront visités plus tard. Retour au mouillage. Je vous parle de la voiture de Frances ? Entre le truck et le SUV d’il y a 20 ans. Mangée de rouille à ouverture manuelle pour le hayon vitré.  En prime les odeurs d’essence qui s’échappent dans l’habitacle, (le réservoir est percé) je connais une petite fille qui serait tout de suite malade. Les ceintures arrière introuvables,  Fukimi s’en moque, elle regarde la route bien campée sur ses 2 pattes avant.

6.00pm départ sans Erik pour une expo à la mairie organisée par Heather. Petite jeune femme dynamique au rire communicatif. Son boulot ? Faire peur aux oiseaux sur la piste d’aéroport, c’est elle qui tire au fusil. Son copain « fish culturist », non ça ne veut pas dire culturiste,  élève des saumons pour une conserverie. Et notre petite Heather a accepté de rejoindre les navigateurs à Nome ou Dutch Harbor pour naviguer 6 semaines. Revenons à l’expo : 10 artistes d’un groupe hétéroclite qui nous montrent ce qu’ils ont peint, dessiné en 5 heures ou plus. Rencontre très amicale car nous avons pu échanger avec eux. Et nous avons fini la soirée dans un restau de tapas,  à table 3 conversations, du bruit autour de nous, vivement le retour. L’accent américain est quand même difficile à comprendre si la personne ne fait pas d’effort.

Aujourd’hui samedi pluie, pluie, pluie. Ce matin moteur pour avoir de l’eau chaude et un peu de chauffage et Eric est retourné à ses hobbys, ses outils… Ceux qui ont déjà embarqué avec nous le reverront très bien en bleu de chauffe coincé derrière le moteur réclamant un tournevis ou une clé. Ah oui je ne vous ai pas dit la chaudière est en panne. Avant de quitter le bord pour son petit contrôle de santé Eric avait constaté et identifié la panne. C’est Loïc notre crew member qui arrive demain avec la pièce. Moi le matin j’attends que la gazinière et la préparation du petit déjeuner aient réchauffé le carré pour sortir du lit. Quelques degrés en plus seront les bienvenus. 

Ce soir nous dînons à bord de Snow Dragon. Dîner british préparé par Krystina.

 _copie-0_p1080382.jpg

 

Non, dîner préparé par Frances. Heather apporte le vin, les calamars tout frais pêchés, Ben le barbecue pour la viande, bbq préparé sous la pluie. Ben a l’intention de parcourir une partie de l’Europe en train et en vélo avec sa petite amie pendant 5 semaines. Amusant quand on sait que  notre jeune amie Sophie P.  a décidé avec son copain de faire l’Alaska jusqu’à la Patagonie en vélo. Ces jeunes nous surprendront toujours.

                                     

21 mai. Ce matin pluie, pluie, pluie, mais à l’arrivée de Loïc la pluie des 36h dernières est passée. « Belty flight ». Loïc n’a découvert le paysage qu’au dernier moment, le vol Seattle Sitka fut très agité. Le service des rafraichissements interrompu. A l’aéroport beaucoup de monde, toutes les tenues vestimentaires, du short ou robe d’été à la doudoune de trappeur. Claquettes au pied ou bottes chaudes.  Peu de monde s’embrasse, on se fait un « hug ». Retour à la maison, présentation des femmes à Loïc, même Fukimi vient dire bonjour. Déjeuner saucisses pimentées de poulet Pdt fromages, biscuits et remontage de la chaudière. Et déception le problème n’est pas là où Eric le pensait. Mauvais diagnostic affiché par le testeur de la chaudière. Et là brain storming des deux copains. « La bougie ? Ca ne peut pas être une fausse alarme ? F09 court-circuit ».  Erik passe nous voir. Philosophie du jeune Erik, on ne gaspille pas son temps à démonter et remonter.

 img_0230.jpg


 Le diner a lieu chez nous, les amis apportent un plat de saucisses allemandes accompagnées de courgettes. Heather nous raconte le retour en annexe de nuit la veille : Glaces Ben and Jerry à l’eau et BBq à l’eau aussi, dans 50cm d’eau, seules les glaces n’ont pu être récupérées. Nous servons du pâté Hénaff en apéritif tartiné par Loïc, pâté très apprécié. Restent encore 12 boîtes à bord. Nos fameux poivrons, du fromage et un gâteau réalisé avec les œufs enfin arrivés. Recette Michelle Mefre : avec farine pour brioche, pommes US et œufs montés en neige, merci Tupperware. Qui n’a pas découvert ce petit batteur manuel Tupperware perd beaucoup. Réussite assurée pour les mousses au chocolat, il faut même être deux pour tenir le bol et pour tourner les fouets. Les œufs en neige faciles à monter, Eric assure aussi que la chantilly est exceptionnelle.

 _copie-0_p1080321.jpg

img_0204.jpg

 img_0227.jpg

 _copie-0_p1080322.jpg

22 mai. Courses : 500 dollars pour 2 petits caddies.  Salade avocat tomates, crevettes coco riz, mousse au chocolat préparée la veille. Après-midi pluie, pluie, pluie. Et cuisine Aie aie aie, méfiez- vous de la mandoline. Quelques tranches de pdt et un bout d’index parti (puis retrouvé) dans le plat avant cuisson. N’oubliez pas que les cannibales ont sévi ici aussi. Lisez Alaska de Michener. Et 2 gentils infirmiers pour soigner la cuisinière. Cuisinière out ! Changement de menu,  morue direct au frigo et pâté Hénaff sorti pour accompagner  les pdt.

 

23 mai.

Stay on board. Erik nous fait visiter son bateau 52 pieds, confort plus spartiate que le nôtre, « a big chaos » pour l’instant, mais sacrément aménagé. Le soleil arrive et nous partons nous promener vers la baie des baleines. Loïc continue sa balade avec la bombe anti-ours « bear-spray » et se fait une belle frayeur. Adossé à une cabane il entend un grondement, s’interroge et s’aperçoit que ce n’est que la soufflerie  pour l’aération des instruments de mesure installés à l’intérieur. Au mouillage  Frances est de retour, elle avait traversé la baie ce matin pour aller faire réparer son frigo, et ça y est « it works ».

 

_copie-0_p1080303.jpg