Glacier Bay. Gorgeous !!!

Contact pris pas VHF avec Bartlett Cove où nous sommes accueillis 30 mn plus tard sur le ponton  par un ranger en arme  et gilet pare-balles. Amarrage au ponton de la station et nous montons  nous présenter au bureau et faire les formalités d’entrée.

Petit souvenir breton sur la photo , à vous de trouver… That’s enough ?

Un autre ranger plus avenant nous présente Glacier Bay, il s’essaie même à  parler  notre langue, son papa était prof de français. Film et explications : tel fjord  interdit, ne pas naviguer à plus de 13 nœuds, ne pas s’approcher des phoques, ne pas longer les côtes là où les baleines se nourrissent…Le  3ème ranger celui de la photo, c’est  le chef !

Nous avons un excellent wifi mais trop de soleil sur les écrans.  Pardonnez les fautes  faites ce jour-là, je n’ai toujours pas d’index pour taper sur le clavier. Quelques mails, quelques lectures…le plein d’eau et nous nous déplaçons pour mouiller dans cette baie si paisible.

Vendredi ou jeudi? Réveil 7.am pour bénéficier du courant montant. Nous entrons dans Sitakaday Narrows avec le dernier flot. 7 nœuds sur le fond. Baleines ! La  mère ne se montre pas mais sa grande nageoire semble vouloir protéger son petit.

Plus au nord, les lions de mer ne se sauvent pas à notre arrivée, ils sont confortablement installés sur les rivages de South Marble Island. Nous passons sous leur vent et une odeur pestilentielle nous arrive aux narines.

Nuages et soleil, 4 épaisseurs de vêtements, bonnet, 2 capuches, des bottes et des gants.

 

Des sommets enneigés, des pentes plus sombres recouvertes de végétation. Nous remontons une vallée glaciaire, plus de 200m de profondeur, don’t worry  Éric trouve toujours un mouillage à 15m d’eau maximum sous le bateau souvent à l’embouchure d’une rivière ou au débouché d’une moraine, espérant ainsi apercevoir quelques animaux sauvages.  Les sommets autour de nous oscillent entre 1600m et 4662m pour le FairWeather qui est le plus enneigé de tous. Paysages fantastiques, grandioses, inhabituels et sauvages surtout lorsque l’on pense à la faune qui y vit.

Le Seigneur des Anneaux aurait pu être tourné ici mais il faut reconnaître qu’il n’y a pas de base arrière an cas de rencontre fortuite avec des ours.

Des chèvres au poil laineux d’un blanc éclatant à l’abri des montagnes paissent sur des pentes abruptes, maman, papa et le petit. Loïc a l’œil, il les repère tout de suite.

Samedi.  Réveil  5.45 am pour Glacier Bay. Il a plu toute la nuit, vous connaissez cette petite pluie qui ne semble jamais vouloir décrocher. Et au matin ciel nuageux. Le petit déjeuner est pris en route.

Et là nous réenfilons des épaisseurs.

 Quelques heures et nous sommes devant Marjorie Glacier, du nom d’un glaciologue français. 59°N.

Nous entendons le glacier craquer. Le soleil est avec nous, la paroi de glace est bleu pastel, bleu Marie Laurencin, j’ai les doigts gelés sur l’appareil mais je ne veux pas descendre chercher mes gants.

Admirez !

 

Le Canada est juste en haut à gauche sur les photos.

Encore quelques instants monsieur le skipper, ralentis, laisse nous encore un peu de magie. Ne trouble pas  l’eau , les reflets. Marjorie Glacier nous a offert un moment inoubliable. Nous sommes muets devant tant de beauté. Nous sommes bien petits, bien humbles. Seul le silence est  troublé par quelques gémissements du glacier. Tout est féérique.

Nous redescendons le Tarr Inlet et embouquons John Hopkins sur notre droite. Une limite virtuelle sur la carte à ne pas franchir mais les phoques sont plus sud que prévu et nous admirons les couples avec leur petit sur un glaçon. Ce sont des nouveaux nés, regardez bien celui qui a encore un bout de cordon ombilical sur le ventre.

« Saudade » un voilier américain nous a rejoints, il est tout proche du mur de glace.

A la descente de Glacier Bay dans le cockpit nous enlevons nos vêtements couche par couche, changement de chapeau. Chaud trop chaud !

Et en fin d’après-midi nous entrons dans Blue Mouse Cove. Loïc aperçoit un loup, non deux loups ! Un couple sur la grève, femelle fauve, mâle brun foncé. De loin ils paraissent dodus mais aux jumelles le mâle est assez efflanqué. Il vient chercher sa compagne qui fouille sous les cailloux pour la mettre à l’abri du danger que nous représentons.

Une baie fermée, entourée de hauts sommets, une végétation de bush qu’Éric et Loïc partent fouiller. Moi je reste à l’abri remplir le blog. Rencontre avec des oies, des traces d’élan et de loups.

Pêche de Loïc. Nous sommes exigeants, il nous faut le même poisson en 3 exemplaires, certains y gagnent la vie, il remet son leurre à l’eau et recommence. Plus de bruit dans la baie de 10 pm à 6 am.

 

Dimanche 4 juin. 2 ours !  Coche de Cathy. En général  c’est Loïc avec son œil de lynx qui repère  les animaux. Ce matin je suis sortie pour photographier notre pêcheur invétéré pour la baleine qu’il nous avait signalée à côté de lui par VHF et au moment où il annonçait « le loup », j’ai vu les deux ours.

Il faut s’arracher vers 11h pour sortir ce soir de Glacier Bay. Nous entrons dans  Whidbay Passage, des loutres en symposium près d’une île. Feijoada revue et appréciée. Les estomacs sont calés avec des haricots blancs (mogettes ?), chorizo, bacon, saucisses chimiques, des poivrons en lanières cuits la veille, un tout petit peu d’oignon, de l’ail. Loïc nous apprend à écraser les haricots à la fourchette pour faciliter la digestion, conseil de son épouse vendéenne.

4.15 pm. Bye bye Glacier Bay le vent rentre et au près nous  taillons la route vers Hoonah. Et là, photo ! Pensant prendre une nageoire d’orque ou de baleine,  je me prépare,  je déclenche et je réalise que ce n’est pas un cétacé .

« Qu’il est long le chemin papa… Quand est-ce qu’on arrive ? »  6 virements de bord plus tard nous doublons Hoonah Island sans avoir le plaisir de rentrer dans la baie à la voile. Nous admirons les installations de la cannerie (conserverie) pour les saumons et pour les touristes (eux aussi en boîtes). Et à 10.30pm nous sommes au ponton. Au menu halibut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.