Vendredi 5 août 2016 - On se résout pour Resolute

Manevaï a rompu sa dernière communication lors de son approche de Beechey Island. Erebus and Terror Bay est une vaste baie toute en rondeur, entourée de hauts plateaux rocheux et abrupts. Des cairns se distinguent à son entrée. Y pénétrer avec un nappage de brouillard généreux et un crachin vivifiant contribuait à rendre ces lieux d’autant plus mystérieux. Comme si les âmes des marins perdus rôdaient encore dans cet air épais et opaque. Une atmosphère plutôt lugubre s’installe autour du bateau et nous ensorcèle.

Beechey Island est une escale incontournable de pèlerinage pour les Passagers du Nord-Ouest. Manevaï n’y manquera pas le lendemain. On mouille avec 50 m de chaîne vers 19h45. Eric a juste le temps de se connecter pour prendre sa vacation météo. Pour célébrer cet instant mythique de notre périple, nous choisissons de préparer un bon repas festif : des bouchées à la reine aux fruits de mer (les mêmes faites à Qaqortoq il y a un mois de cela). Je me mets aux fourneaux. Eric prépare les ti'punch. Philippe coupe le saucisson. Anne met la table et la déco de table : on aura même droit aux bougies ! Ah mais c’est qu’il manque le dessert … nous n’avons plus de fruits frais et ceux en sirop ne nous enchantent guère (même les petits biscuits bretons ne tenteront pas nos papilles). Eric prépare des flans au chocolat en vitesse ; flans qui refroidiront à l’air libre dans le cockpit. Je peux vous garantir que l’air glacial du Nunavut a presque congelé le dessert en moins d’une demie-heure. On se couchera tous avec la peau du ventre bien tendue ce soir du 03 août. Nous prendrons le petit déjeuner tranquillement le lendemain.

Les caisses à eau doivent à nouveau être remplies. Eric et Philippe partent en annexe avec les 3 jerricans au cas où ils tomberaient sur un bon spot pour les remplir. Ce fut bien le cas et ils ne tardent pas à revenir avec 60 litres d’une eau de source fraîche et limpide. Je prends le relais avec Philippe et nous ferons à deux (en compagnie du fusil bien sûr) 6 autres rotations. Les caisses trinqueront en tout 420 litres. Nous déjeunons tard avec la potée extraordinaire soigneusement concoctée par Anne pendant notre absence. Nous prévoyons de descendre à terre visiter les divers mémoriaux laissés en hommage à l’expédition Franklin dans sa quête du NWP en 1845-46. C’est à Beechey Island que ses vaisseaux Terror et Erebus ont hiverné (le nom attribué à la baie de l’île) en 45-46. L’île a également servi de base pour l’une des campagnes de recherche, qui ont construit un refuge : le Northumberland House, presque dix ans plus tard. Cinq tombes sont à terre, dont une inconnue. Les quatre autres appartiennent à Thomas Morgan du HMS Investigator (vaisseau envoyé par la Royal Navy en quête des traces de Franklin), William Braine, John Hartnell et John Torrington qui faisaient partie de l’expédition du valeureux marin. Pouvoir se recueillir dans ce lieu mythique et chargé d’histoire, chacun à sa manière a été je crois un moment très émouvant pour chaque membre de l’équipage Manevaï. Personne ne faisait la même tête sur le chemin du retour vers l’annexe.

Nous nous sommes mis en route vers Resolute ce matin vers les 10h30. Pour changer, c’est sous la neige que nous avons quitté le mouillage. Il ne faisait pas chaud du tout dehors mais les aérothermes nous réconfortent, une fois à l’intérieur. On finira la potée avec enthousiasme et bel appétit. Notre sixième station plancton aura lieu dans l’après-midi avec à nouveau une belle galette bien chargée. Manevaï alterne toujours encore GV haute + Génois et moteur … c’est que le vent est bien capricieux et nous l’avons trop dans le pif pour octroyer un break à Monsieur Perkins. Une escale civilisée se fait bien attendre pour plusieurs raisons : faire les pleins de gazole et s’avitailler en frais, lancer une lessive, larguer nos déchets et ... WiFi !!!! (je croise vraiment mais alors vraiment les doigts car depuis Asiaat, nous ne nous sommes pas connectés). Eric veut également télécharger les nouvelles cartes des glaces. En vue de ce que nous savons, les conditions se présentent bien pour le moment mais le Peel Sound n’est pas encore ouvert … Au moment où je vous écris, nous longeons la côte sud de Resolute Island. Le terrain ici paraît beaucoup plus érodé et les côtes sont plus arrondies que sur Devon Island … Il nous faut encore parcourir une vingtaine de nautiques avant d’arriver à bon port. On ne se plaint pas, le soleil est à nouveau de la partie. Je retourne en profiter dans le cockpit.